Blog d'une aventurière fraîchement décalée

1#Parole de Caribous : Guide de survie aux sports extrêmes… quand on n’est pas sportive.

745 Views 2 Comments

Guide de survie aux sports extrêmes… quand on est pas sportive. 

Tu vois la fille qui enfile ses baskets 3 fois par semaine et court 5 km en moins de 30 minutes ? Et bien ce n’est absolument pas moi. Ce qui ne m’empêche pas de suivre ma meilleure amie (Caroline) à des événements de sports extrêmes, comme la Mud Day. Voici mon guide de survie aux sports extrêmes à destination des personnes qui, comme moi, ne font jamais de sport.

Règle n°1 : être assez fou pour s’inscrire sans avoir idée de ce qui vous attend.

« -Oh purée! Ça te dit de faire La Mud Day avec moi ? » –  » « Heu oui… mais c’est quoi? »

The Mud Day c’est une épreuve extrême de 13 kilomètres avec plus de 20 obstacles inspirés des parcours du combattant comprenant de l’eau, de l’électricité, de la glace mais surtout de la boue !

Le contexte est posé, inscrivons-nous ! (mais qu’est-ce que j’ai fait..?) Nous sommes en janvier 2015 quand les inscriptions ouvrent. L’événement est proposé dans plusieurs villes, mais laquelle choisir ? Nous choisissons la course d’avril à Aix-en-Provence. C’est à presque 800km mais c’est pas grave, la machine est lancée!

Le temps passe. Nous voilà à une semaine de l’événement.

Petit problème : j’ai complètement « oublié » de m’entraîner (enfin « oublié »…). Bon tant pis, je suis assez folle pour y aller les yeux fermés. Et de toute façon c’est trop tard !

Règle n°2 : savoir faire abstraction de tous besoins humains comme le sommeil ou le confort.

C’est parti pour Strasbourg / Aix-en-Provence de nuit.

Rendez-vous chez Chérie Cœur (c’est notre petit surnom) le vendredi soir pour le départ. Nous faisons la route de nuit et le trajet se déroule sans encombre. Nous arrivons samedi matin et décidons de nous reposer un peu pour attaquer cette longue journée qui nous attend ! Enfin nous reposer 2h assises dans la voiture quoi…

Après une quasi nuit blanche, c’est l’heure de se lancer.

H-1 : C’est le moment de s’équiper : baskets et tenues de sport adaptées pour l’eau et la boue ! Et surtout ne pas oublier de bien lacer ses baskets pour ne pas les perdre au courant du parcours…

Min-15 : échauffement par les instructeurs d’Urban Challenge pour nous mettre en jambes. Et c’est parti, direction la ligne de départ !

Tu vois les filles en bas à gauche en bleu ? Ben c’est nous et on galère !

Règle n°3 : dépasser ses capacités sportives et mentales.

Règle n°3.1 : avoir un/des ami(s) pour nous soutenir dans l’effort

FEU ! C’est parti pour 13 km… Le premier obstacle se passe plutôt bien : nous rampons dans des graviers, sous des fils barbelés (où se trouve parfois des petites touffes de cheveux :D) ! Puis on repart… Pour moi qui ne cours jamais, les premiers kilomètres sont déjà trop longs, mais heureusement que Caro me motive !

Règle n°3.2 : miser sur le travail d’équipe.

C’est le moment de grimper ! Devant nous un mur de 2,50 m. Mais pas de panique, le truc cool à une Mud Day c’est l’entre-aide entre Mud Guys ! Nous passons donc l’obstacle avec brio, aidé des autres participants.

Règle n°3.3 : garder la pêche

Nous enchaînons les obstacles : nous plongeons dans de l’eau froide et boueuse, nous sautons par-dessus des bottes de foins géantes… Ils veulent vraiment me tuer – et encore, nous n’en sommes qu’au début… Encore de l’eau froide, encore de la boue, puis vient le temps des tractions… Je n’avance que de 2 barres avant de tomber dans l’eau ! Mais on continue et on garde la pêche !

Règle n°3.4 : reconnaître ses petites victoires et savoir s’auto congratuler

Down the river : une rivière à traverser à la nage. Pour une fois c’est moi qui prends les rênes et c’est trop bien ! Caro n’est pas rassurée. Oui, elle est ichthyophobe – elle a peur des poissons qui lui mangent le bout de ses pieds 😀 Mais comme je suis une meilleure amie juste trop cool, avant d’arriver de l’autre côté je la pousse un peu pour qu’elle puisse sortir plus vite de l’eau !

Règle n°3.5 : surtout, amusez-vous !

Les choses sérieuses commencent : nous devons traverser le Mud Discovery, une méga baignoire de boue. Et c’est juste TROP COOL ! Puis vient le tour des Mud Montains, de gigantesques montagnes de boue ! Après quelques tentatives, de gentils MudGuys nous donnent un coup de main pour nous aider à atteindre le sommet. Une fois en haut, on glisse de l’autre côté pour atterrir dans une piscine de boue ! J’arrive en première en haut de la 3ème montagne, et j’aide Caro à me rejoindre. Mais je tire un peu trop fort et elle glisse pour finir la tête la première dans la boue ! La voilà aveugle pour 10 minutes et c’est le fou rire !

Règle n°3.6 : ne pas perdre espoir.

ENFIN LA DERNIÈRE LIGNE DROITE… Et les deux derniers obstacles : tout d’abord nous passons le Master Freeze, une baignoire d’eau à 2°C (C’EST TRÈS FROID!!!) où tu dois plonger pour passer de l’autre côté. THE LAST ONE : le Mini Voltage box, où comment te faire courir au travers de filaments électrifiés.

Après 3h30 de parcours c’est enfin fini et tu sais quoi ?! JE SUIS VIVANTE!! C’est l’heure de la médaille et une Mud Beer !

Règle n°4 : tout est possible lorsque l’on est entouré des gens que l’on aime.

On est fatiguées, on en a marre mais qu’est-ce que c’était cool ! Un moment de pur plaisir qui restera à jamais dans nos mémoires. Presque deux ans après, j’en parle encore comme si c’était hier ! Au final, pour le conseil principal que je vous donnerais pour survivre à toute chose qui semble hors de vos compétences, c’est simplement d’être entouré des gens que l’on aime, et qui on le même grain de folie que vous !

Mon guide de survie aux sports extrêmes m’a également aidé à suivre Caroline et Alice dans l’univers des courses colorées, et c’était juste génial !

J’espère que mon guide de survie aux sports extrêmes t’as convaincu de te lancer à l’aventure : tu verras c’est que du bonheur ! 

2 Comments
  • Sandrine

    Répondre

    Franchement nickel! Ca donne envie! Aaaaahh!! Si je n étais pas si vieille!!!!!!!!

    • Caroline

      Mais non Sandrine ! Il n’y a pas d’âge et l’expérience de Sophie prouve même qu’il n’y a pas besoin d’être un grand sportif ! Il faut juste oser sauter dans le bain de boue 😉

Leave a Comment